LES OBJECTIFS

Le pôle européen de création vise à soulager les compagnies de certains risques et contraintes identifiés
Une structuration indépendante en compagnie

La structuration en compagnie est essentielle à l’aboutissement des projets artistiques. Cependant, leur développement engendrant des besoins croissants de production et de diffusion auxquelles elles ne peuvent pas toujours répondre seule sans augmenter les risques pour leurs collaborateurs fidèles : artistes, techniciens, comédiens et intermittents.

Un faible volume de financements publics directs

En 2013, les aides publiques directes représentent un quart du budget des compagnies là où les recettes propres en représentent les trois quarts dont les apports en coproduction qui ne sont pas assez importants. Il faut en moyenne plus de 10 coproducteurs pour accompagner les démarches des compagnies sur un projet particulier.
Pour les productions, aucun système de garantie du risque financier n’est efficace à ce jour (France Active, Dailly…), mettant les compagnies dans une situation de stress.

Une diffusion morcelée

La diffusion des spectacles est souvent morcelée, avec des séries réduites, créant une nécessité de tourner dans plus de lieux, ajoutant un risque logistique au risque financier. La structuration avec des bureaux de production est parfois choisie (Christian Rizzo/Cassiopée, Halory Goerger/La Magnanerie) pour adjoindre aux compétences de la compagnie un savoir-faire logistique mutualisé avec d’autres artistes.

Une forte ouverture à l’Europe et à l’international

Les volumes de tournées sont pour certaines productions de plus de 80% à l’étranger.
Cette diffusion dans le cadre de réseaux institutionnalisés (Institut Français, ONDA…) permet une circulation professionnelle des spectacles allant de pair avec la valorisation d’une image organisée et structurée de la création française ainsi que la mise en valeur des tournées à l’échelle international.
Les compagnies ne jouissent pas toujours de l’intégration à ces réseaux, restant  seul prescriptrice d’informations sur leur projet.

Expérimenter un nouveau modèle d’accompagnement

Le phénix a fait la preuve depuis 2009 de son efficacité à accompagner et rassembler l’ensemble des compétences professionnelles nécessaires à la bonne conduite d’un projet – artistique, administratives et techniques – dans un outil architectural rare qui permet cette ambition. La structure est mature aujourd’hui pour articuler un accompagnement en proposant un projet inédit et innovant : le pôle européen de création.
Sous l’égide des quatre artistes associés, Julien Gosselin, l’Amicale de production, Halory Goerger et la compagnie XY, et sur l’horizon 2016 – 2020 le Campus – laboratoire de création – permet de repérer et de laisser la place aux nouveaux entrants, régionaux, nationaux et internationaux.

Le modèle du pôle européen de création est celui du partenariat responsable. La vigilance prime à ce que l’outil de travail constitué par les compagnies (équipe et bureaux de production…) permette aux artistes de garantir leur développement durable ainsi que souplesse et indépendance sur le territoire. Le modèle est aussi celui du pragmatisme, privilégiant une forme de casuistique assumée, consistant à répondre de la manière la plus pertinente possible aux besoins de développement des artistes et des projets.
Le phénix a ainsi facilité la mise en relation avec des bureaux de production aux compétences confirmées. Yuval Rozman et Mehdi-Georges Lahlou sont désormais produits par Latitudes prod. Le projet de Damien Chardonnet-Darmaillacq l’est par Claire Dupont et le bureau Prémisses pour la production exécutive et par le pôle européen pour la production administrative.

C’est le mariage entre volonté d’indépendance et adaptabilité qui permet aux quatre artistes associées comme aux artistes du Campus de rayonner et d’entreprendre avec succès. À la manière des partenariats de collusion dans les filières comme l’automobile ou l’aéronautique, il s’agit de mettre les bonnes compétences au bon endroit dans la chaîne de création et de diffusion. Une logique vertueuse qui sécurise les compagnies.

Les partenaires publics du phénix ont partagé ce constat et souhaité accompagner la mise en place de cette expérience pilote. En juin 2016, l’Etat – Ministère de la Culture et de la Communication, la région des Hauts de France et Valenciennes Métropole ont confirmé leur soutien financier au projet pour la durée du nouveau contrat d’objectifs 2016-2020. Le lancement officiel a eu lieu le 25 juin 2016 en présence de Xavier Bertrand, Président de la Région des Hauts-de-France, Laurent Degallaix, Président de Valenciennes Métropole et de Laurent Dréano, Conseiller Spectacle Vivant de la Ministre de la Culture.


L’idée est d’apporter une articulation de solutions pertinentes permettant d’alléger le risque pour les équipes artistiques sur la chaîne de production et de diffusion

Sécuriser le parcours des compagnies

Des apports en coproduction conséquents aux quatre compagnies associées sécurisent financièrement les projets ; ces moyens pouvant s’articuler sur plusieurs années et en lien avec la réalité de la production. Les artistes accompagnés dans le Campus bénéficient également de parts de coproductions importantes, destinées, à minima, à salarier le plateau artistique et technique durant les résidences accompagnées par le pôle européen de création.

Rationnaliser les dépenses au profit de l’emploi artistique

Le pôle européen de création offre la possibilité de travailler sur les plateaux du phénix pour des durées allant d’un à quatre mois par an, pour chacun des artistes associés, en prenant en charge la technique et en organisant la logistique. Le volume des répétitions permet une économie d’échelle (solution de logement pérenne, mise en place d’une restauration, rationalisation des périodes de répétitions morcelées ou à plusieurs endroits…) permettant de consacrer les moyens de production à l’emploi artistique.
Le phénix est dans un permanent work-in-progress avec les partenaires publics du pôle européen de création pour développer des solutions pérènnent notamment pour qu’il soit un lieu d’accueil et d’accompagnement de la création repéré à l’échelle européenne.

Accompagner les compétences et venir en soutien

Un poste de chargée de production a été créé pour organiser l’activité du pôle européen de création et venir en soutien de l’activité des artistes et manager les conditions de création à Valenciennes et en tournées. L’équipe de direction du phénix s’investit fortement pour soutenir et renforcer l’insertion des projets soutenus dans l’écosystème de création et de diffusion artistique nationale et européenne. Cet accompagnement offre une visibilité supplémentaire au travail des compagnies sur le montage des productions et de la diffusion.

Soutenir le rayonnement européen et international

Le phénix propose de créer une marque de fabrique, un label des projets accompagnés les rendant visibles à l’international et participant à développer la vitalité de la scène française.

Inventer une médiation et un appareil critique numériques

À destination d’un large public, le phénix scène nationale a développé depuis 2009 une série d’outils de médiation, notamment numérique, permettant d’accompagner le pôle européen de création : production en interne d’une web TV, d’émissions pédagogiques sur le web en partenariat avec theatrecontemporain.net, mise en place de spectateurs complices lors des résidences de création pour désamorcer le rapport au public, inscription de la dimension bilingue anglais dans l’ensemble du projet. Plus simplement, la scène nationale est en capacité d’organiser la captation audiovisuelle professionnelle des créations, peu de lieux le sont en France.
L’ensemble de ces savoir-faire est mis à profit pour construire avec les artistes associés et artistes du Campus des outils de médiation et renforcer leur circulation en France et à l’international y compris dans la dimension des rapports aux publics : réalisation de portraits vidéos qui permettent aux artistes de se présenter et de présenter le travail en cours, captation des spectacles créés, montage de teasers et captations complètes, réalisation de surtitrage en anglais et autres langues, incrustation dans les vidéos réalisées.
Pour la dimension critique, une forte politique volontariste sur l’édition a été développée, en concevant et produisant régulièrement un ouvrage en écho des cabarets de curiosités, rassemblant des textes critiques inédits, des portfolios, des textes et entretiens avec les artistes. Cette démarche est devenue rare, et seulement quelques théâtres nationaux portent encore une politique d’édition. Un ouvrage consacré à l’Amicale de production avec le Centre Pompidou a notamment été conçu et édité. La maison d’édition Les Solitaires intempestifs est partenaire des éditions de la scène nationale pour la diffusion et tout ouvrage papier est décliné en édition numérique.
Fort de ce savoir-faire, le pôle européen de création fait l’objet d’une publication, biennale et bilingue, présentant les artistes en faisant partie et leur projet. Cette publication, sous la direction éditoriale de Romaric Daurier, associe penseurs et critiques français et européens, afin de replacer les gestes artistiques dans le contexte des enjeux esthétiques contemporains. La constitution du discours critique autour des œuvres nous paraît à la fois nécessaire pour accompagner leur réception mais aussi gage de réussite dans leur diffusion nationale et internationale.

    • Partenaires left
    • Partenaires center
    • Partenaires right
    • Pôle européen de création

      Boulevard Harpignies
      BP 39 - 59301 Valenciennes Cedex

      T. +33 (0)3 27 32 32 32
      administration. contact@lephenix.fr
      presse. dewasmes@lephenix.fr
      billetterie. billetterie@lephenix.fr
      technique. technique@lephenix.fr

    • Informations

    • Contactez-nous